mercredi 16 mars 2016

Au pays des vivants

Auteur : Nicci French
Editeur : Pocket
Collection : thriller
Parution : 2006
Nbre de pages : 462



Kidnappée, ligotée, à peine maintenue en vie par un mystérieux tortionnaire... quand Abbie Devereaux reprend connaissance, seule, dans le noir, une seule idée s'impose à elle : s'échapper. Avec un courage hors du commun, elle parvient à s'enfuir et à mettre fin à cette terrifiante expérience. Du moins le croit-elle, car le cauchemar ne fait que commencer... Abbie a en effet perdu tout souvenir des jours précédant son agression, et la police comme les médecins concluent à l'affabulation d'une jeune femme dépressive. Confrontée à un mur de ténèbres, à l'incrédulité de tous et aux zones d'ombre de sa mémoire, elle veut reconstituer son passé. Pour la guider dans cette quête aux frontières de la folie, Abbie n'a qu'une certitude : si son bourreau existe, il saura la retrouver.



Ce que j'en ai pensé


Dans ce thriller, nous avons une jeune femme, Abbie, qui se réveille ligotée, bâillonnée et cagoulée dans une cave humide et froide, avec un mal de crâne terrible, et aucun souvenir de ce qui s'est passé. Pendant plusieurs jours, elle va rester là, à la merci de son ravisseur, dont elle ne sait rien et ne connaît même pas le visage, qui ne lui fait rien, ne la torture pas, ne la viole pas, et lui donne juste assez d'eau et de nourriture pour la maintenir en vie. Tout ce qu'elle sait, car il le lui a dit, c'est qu'il va la tuer au moment où il l'aura décidé.

Je ne spoile rien en disant qu'elle va arriver à se sauver, puisque c'est écrit sur la 4e de couverture, et se retrouver à l'hôpital. Et c'est là que le vrai cauchemar va commencer car ni les médecins ni la police ne croient à son histoire, étant donné qu'elle n'a aucun souvenir des jours précédant son enlèvement, et qu'elle ne peut donner aucun renseignement sur son ravisseur, pas plus que sur l'endroit où elle était séquestrée, car lors de sa fuite, elle était tellement paniquée, qu'elle n'a rien vu de ce qui l'entourait ni des rues qu'elle parcourait.

Or, elle sait que sa seule chance de pouvoir retrouver une vie "normale", c'est que l'homme qui lui a fait subir ce cauchemar soit arrêté. Donc, comme personne ne la prend au sérieux, elle va mener l'enquête elle-même sur sa vie et les jours qui ont précédé son enlèvement, comme s'il s'agissait d'une autre personne.

J'adore les livres de Nicci French! J'en ai lu plusieurs, mais c'étaient tous des romans policiers, genre que je préfère aux thrillers. Ce livre est donc mon premier thriller de cet auteur*.  Et je dois dire que je ne suis pas du tout déçue, car j'ai retrouvé tout ce que j'aime chez lui, le côté angoissant et palpitant en plus. 

Tout d'abord, sa plume, que je trouve extrêmement agréable.  Sans être simpliste, elle est fluide, claire, et permet de dévorer les pages, afin de suivre le rythme du récit, qui est à la fois lent et palpitant.

Je m'explique.
La première partie est clairement la plus angoissante, la plus prenante, quand Abbie est séquestrée et pense qu'elle va mourir.
Ensuite, le rythme ralentit, quand elle se retrouve à l'hôpital puis dans le monde extérieur, livrée à elle-même et face aux innombrables questions soulevées par le trou noir de sa mémoire.
L'enquête qu'elle va mener avancera doucement mais sûrement, de découvertes en découvertes, chaque petit détail ayant son importance et venant compléter le puzzle. Tous les jours elle en apprendra un peu plus sur cette semaine dont elle a tout oublié alors qu'elle est d'une importance capitale dans sa vie.
Et j'ai aimé cette progression pas à pas, ponctuée de brefs moments de suspens haletant, puis la montée de la tension, jusqu'à la compréhension finale. 

Pour moi,  non seulement ces variations de rythme étaient nécessaires au déroulement de l'histoire, mais elles n'ont pas du tout été un frein à mon plaisir de lectrice. Je ne me suis pas ennuyée une seule minute, car tout ce roman est raconté de l'intérieur, à la première personne. On connaît donc en permanence les pensées de Abbie, ses sentiments : sa peur, sa colère, son sentiment de perte, ses espoirs, ses moments de bonheur et surtout sa volonté farouche de savoir ce qu'il lui est arrivé et de retrouver son geôlier... 

Ce point de vue interne m'a rendu cette jeune femme extrêmement attachante. J'ai souffert avec elle, j'ai été en empathie totale avec elle. C'était elle et moi contre le monde entier! Je n'avais qu'une envie : qu'elle prouve à tous qu'elle n'était pas folle et qu'elle avait raison depuis le début.

Dans sa quête de la vérité, elle va être aidée par un homme, et j'ai beaucoup apprécié cet homme, aussi. Il est rassurant, gentil, patient...

Ensuite, ce que j'ai adoré, dans ce roman, et je retrouve en cela la "patte" de Nicci French, ce qui fait que j'aime autant cet auteur, c'est que même si on est dans un thriller, donc dans une ambiance oppressante, même si l'héroïne est perdue, terrorisée et très seule la majeure partie du temps, l'auteur arrive à donner un sentiment de chaleur, de bien-être, voire de sécurité pendant la lecture, en mettant en constante opposition des éléments évoquant le froid et le chaud : le froid de l'hiver, de la neige, du vent glacial et à côté de cela, des maisons et des appartements bien chauffés, des bains et douches très chauds, des lumières douces et tamisées, des vêtements épais et confortables, des boissons chaudes, des cafés et pubs bondés... Autant de choses qui rassurent et réconfortent...
De même, l'auteur oppose le froid intérieur de Abbie, sa solitude, sa peur, à la chaleur humaine de l'amitié, de quelques personnes rencontrées pendant sa quête, de l'amour...

Conclusion : Un livre que j'ai pris un énorme plaisir à lire et que j'ai dévoré. Peut-être pas le thriller le plus angoissant de tous les temps, mais suffisamment de suspens et d'angoisse pour tenir en haleine et faire tourner les pages à toute vitesse et moi, ça me va très bien comme ça! 

Ma note : 17/20




*Je précise que je dis "cet auteur", pour simplifier, même si on sait qu'en fait c'est un couple qui écrit ses romans à quatre mains.

2 commentaires:

  1. Je ne connais pas du tout cet auteur, mais ce que tu en dis m’intéresse et me tente bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis heureuse que ma chronique te donne envie de décvouvrir ce livre! Merci de l'avoir lue!

      Supprimer

N'hésitez pas à laisser un petit mot, ça fait toujours plaisir ! :-)