samedi 18 mars 2017

Guerriers d'Irlande, tome 1 : Le Prince oublié

Auteur : Michelle WILLINGHAM
Editeur : Harlequin - coll. Les Historiques
Parution : août 2016
Nombre de pages : 309







Irlande, XIIe siècle
Killian nourrit une rancune tenace envers le roi d'Irlande, son père, qui a refusé de le reconnaître à sa naissance, le forçant à grandir dans la honte. Alors quand la princesse Taryn sollicite son aide afin de sauver son propre père, qui s'est rebellé contre le roi, il n’hésite pas et accepte. Mais plus les jours passent, plus la craintive jeune femme le trouble : elle est la seule à ne pas le traiter comme un bâtard royal et à croire en son destin. Il doit pourtant prendre garde aux sentiments qu'elle éveille en lui car, tout fils de roi qu’il est, il sait que les princesses lui sont interdites...



















Ce que j'en ai pensé



Pendant très longtemps, j'ai fait un blocage sur les livres dits "sentimentaux". Je n'ai jamais rien eu contre les histoires d'amour dans les livres, évidemment, mais les romans centrés uniquement là-dessus, "à l'eau de rose", comme on disait à l'époque, je me refusais à en lire parce que j'estimais que c'était une perte de temps, que quand on en avait lu un on les avait tous lus, que ce n'était pas de la "vraie" littérature, etc...

Aujourd'hui, je pense d'une part qu'il n'y a pas de "vraie" ou de "fausse" littérature, et d'autre part, que du moment qu'on prend du plaisir à lire un livre, ce n'est jamais une perte de temps et peu importe le nombre de livres de ce genre qu'on lira.

Du coup, comme j'ai très envie de lire des romances depuis quelque temps, des livres légers, qui finissent bien et comblent mon côté "fleur bleu" , eh bien je me suis lancée. Et ma foi, j'ai passé un très bon moment.

Bien sûr, il y a bien les clichés habituels de ce genre littéraire qui m'ont fait sourire, du genre "la jeune femme qui relève fièrement le menton" ou "l'homme qui l'attrape par la taille et la colle au mur pour l'empêcher de partir", mais cela fait partie du jeu, en quelque sorte. Et si on l'accepte, on se laisse embarquer dans l'histoire.

Dans cette histoire-ci, Killian est un guerrier qui a grandit au sein d'un clan dont le chef le hait, sans qu'il sache pourquoi. De ce fait, lui et sa mère ont été traités comme des esclaves, alors  qu'il est le fils bâtard du Roi Suprême d'Irlande (ou peut-être est-ce justement à cause de cela ?). La seule qui l'ait jamais aimé et traité en égal (en-dehors de sa mère, bien sûr, mais dont on ne sait quasiment rien, vu qu'il y a longtemps qu'elle est morte), c'est la propre fille du chef, Carice. Mais elle se meurt de jour en jour d'un mal étrange qui l'affaiblit considérablement. Et son père, qui refuse de voir la vérité en face et de prendre sa maladie au sérieux, la promet en mariage au Roi Suprême. Or celui-ci est un homme cruel et impitoyable, et Carice est terrorisée rien qu'à l'idée de l'épouser. Elle supplie donc Killian de l'aider à s'enfuir de la demeure de son père.

Au même moment, la princesse Taryn, fille d'un autre chef de clan, apprend que son père a été fait prisonnier par le Roi Suprême et condamné à mort pour trahison. Convaincue que son père ne peut pas être coupable et désobéissant à sa mère, elle se sauve du château familial avec une seule idée en tête : aller sauver son père. 

Des circonstances indépendantes de leur volonté et des événements imprévus amèneront Taryn et Killian à se rencontrer et à passer un marché dont les termes prévoient que chacun aidera l'autre à sauver la personne qui lui est chère (autrement dit le père de Taryn et Carice).

Quand la 4e de couverture dit que Killian n'hésite pas à apporter son aide à la princesse Taryn, ce n'est pas tout à fait exact. Pour dire la vérité, il hésite même pendant les 3/4 du livre. En fait, il promet de l'aider presque dès le début parce qu'ils concluent un accord, mais jusqu'à la fin ou presque, il se demande s'il a bien fait d'accepter. 

Mais malgré ses doutes et ses réticences, il ne peut nier qu'il est troublé par cette femme qui ignore qu'elle est belle, par son innocence et son comportement étrangement naturel à son égard. Tout cela est tout à fait nouveau pour lui, et suscite des sentiments ambigus en lui : tantôt ça le met mal à l'aise car il se dit qu'étant donné son statut, il n'aura jamais le droit de l'épouser, et tantôt il se laisse aller à espérer et trouve que l'attitude de la jeune femme est très rafraîchissante et réconfortante. 

Alors ces deux êtres que tout semblaient séparer : lui, le bâtard royal traité comme un esclave depuis son enfance et qui s'est forgé une carapace de froideur et de dureté pour moins souffrir et elle, princesse traumatisée par des faits remontant à son plus jeune âge et persuadée qu'aucun homme ne voudra jamais l'épouser à cause d'un défaut physique - et encore moins l'aimer -, apprennent peu à peu à s'apprivoiser et à se faire confiance.

J'ai trouvé intéressant ce thème de l'importance qu'avait l'apparence des femmes à cette époque et des injustices et souffrances que cela pouvait engendrer. Un homme pouvait être laid à l'extrême, mutilé ou même invalide, du moment qu'il était riche et puissant, il trouvait toujours une épouse. Mais qu'une femme ait la plus petite anomalie physique, et il devenait impossible de la marier, même si elle apportait une dot considérable et de ce fait, elle était condamnée à être la honte de sa famille et un poids mort, puisqu'on ne pouvait pas l'utiliser pour contracter une alliance par le mariage. 

Les deux personnages principaux, Killian et Taryn, sont touchants chacun à leur façon, mais j'ai eu une petite préférence pour Killian, car il a su tirer profit de son enfance rude et solitaire et s'est endurci sans devenir méchant. Il a lutté jour après jour pour se faire une place au sein de ce clan qui le rejetait et a travaillé dur pour devenir un des meilleurs guerriers du pays. J'ai trouvé attendrissant son trouble vis-à-vis de Taryn, ainsi que son étonnement puis sa reconnaissance envers elle quand il se rend compte qu'elle ne le traite pas en serviteur mais en homme, le mettant sur un pied d'égalité avec elle. Enfin, j'ai beaucoup aimé tous les efforts qu'il déploie pour lui faire comprendre qu'il ne s'intéresse pas à elle par pitié ou par intérêt mais parce qu'elle lui plaît réellement.

C'est d'ailleurs cela qui m'a le plus agacé chez Taryn (mais j'ai conscience que sans ça, le livre aurait été beaucoup plus court, donc c'était un peu obligé) : son incapacité à voir et à accepter que Killian ne joue pas avec elle et ne se sert pas d'elle non plus. Et surtout, que ses sentiments à son égard évoluent au fil des jours, et que les raisons qui l'ont poussé à l'aider au début ne sont plus les mêmes à la fin.

D'une manière générale, je n'ai pas pu m'empêcher de me dire que s'ils livraient un peu plus souvent le fond de leurs pensées les choses seraient moins compliquées. Mais encore une fois, ce sont les règles du jeu de ce genre de livres, et c'est ce qui fait toute leur saveur. Si c'était trop simple dès le début, il n'y aurait pas d'intrigue, ni de rebondissements, de quiproquos, de disputes, de réconciliations... et ce serait beaucoup moins palpitant.

Au niveau du contexte historique et politique, sans aller jusqu'à dire que l'auteur a fait un travail de recherche en profondeur, il faut reconnaître qu'il est quand même bien présent, avec les problèmes de réunification des clans sous une seule autorité, la lutte contre les envahisseurs venus du nord, les alliances, les trahisons... et j'ai bien apprécié cet aspect-là, car à quoi servirait-il de lire une romance historique si le côté historique était quasiment voire complètement inexistant ?...


Conclusion : Une lecture légère et facile, avec une histoire captivante et palpitante, une écriture fluide et agréable, des héros attachants, de la sensualité, des sentiments... Bref, une romance historique sympathique, qui remplit bien son rôle.


Ma note : 15/20 







Cette lecture rentre dans le cadre des challenges :
























2 commentaires:

  1. Finalement tu as réussi à en dire pas mal et ça donner une belle chronique ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! Oui, j'ai été plutôt bien inspirée. ;-)

      Supprimer

N'hésitez pas à laisser un petit mot, ça fait toujours plaisir ! :-)