lundi 16 octobre 2017

Les filles au chocolat, tomes 1 et 2 : Cœur cerise & Cœur Guimauve

Auteur : Cathy Cassidy
Editeur : Pocket Jeunesse
Parution : 6 mars 2014
Nombre de pages : 266 & 248 









Cherry, 13 ans, et son père Paddy s’installent en Angleterre chez Charlotte, sa nouvelle compagne qui a quatre filles : Coco, 11 ans ; les jumelles Summer et Skye, 12 ans, et Honey, 14 ans. Cherry est ravie de faire partie d’une famille nombreuse. Mais, à peine arrivée, elle craque bien malgré elle pour Shay, le petit copain de Honey. Voilà qui ne va pas arranger la cohabitation déjà difficile avec Honey, la seule à ne pas accepter l’arrivée de son nouveau beau-père ! Alors que tous participent à la création d'une fabrique artisanale de chocolats, Cherry se retrouve partagée entre l’affection pour ses nouvelles sœurs et le charme irrésistible de Shay…


















Skye et Summer Tanberry sont des jumelles identiques, et Skye aime sa soeur Summer plus que quiconque au monde. Elles font tout ensemble; mais récemment, Skye a eu envie d'être aussi cool que sa soeur. C'est l'histoire de sa vie. Et quand son ami Alfie lui avoue être tombé amoureux non pas d'elle mais de Summer, cela la blesse.
Skye veut avoir sa propre personnalité, mais avec une jumelle aussi cool, comment peut elle faire?
Est ce que Skye réussira à sortir de l'ombre de sa soeur et a trouver sa propre manière de briller?
















Ce que j'en ai pensé



J'ai tellement vu passer cette série sur la blogosphère que j'étais assez curieuse de me rendre compte par moi-même si c'était si bien que cela, mais comme c'est du Jeunesse, j'étais quand même réticente à l'idée de carrément les acheter. Du coup, quand j'ai découvert que ma nièce de 10 ans avait les deux premiers tomes dans sa bibliothèque, je les lui ai empruntés aussi sec ! 😊


Cœur cerise


L'histoire commence un peu de façon tristounette car Cherry et son père ne sont pas heureux dans leur ville et leur vie, elle incomprise et solitaire au collège et lui, englué dans un travail inintéressant et mal payé.

Mais tout change soudain quand ils déménagent pour aller vivre chez Charlotte et ses filles, car on arrive alors dans une famille qui les accueille à bras ouverts (à part une personne), dans une maison chaleureuse et cosy, où l'ambiance est joyeuse et dynamique à la fois. 

Vraiment, j'ai tout de suite été séduite par Tanglewood House, qui fait également office de Bed & Breakfast, et par ses habitants, tous très sympathiques. 

La seule qui ne l'est pas, c'est Honey, la fille aînée de Charlotte, et je dois dire qu'elle m'a même fortement agacée, parce que c'est l'ado dans toute sa splendeur : désagréable, coléreuse, égoïste et capricieuse. Pour comprendre ses réactions, il faut savoir qu'elle n'a pas accepté le divorce de ses parents et croit dur comme fer que son père va revenir, alors que tout le monde sait bien que c'est faux. De plus, elle va de déceptions en déceptions avec lui, car il n'est pas du tout à la hauteur de ses attentes et lui fait sans arrêt des promesses qu'il ne tient pas. 

Mais le chagrin n'excuse pas tout, et vu la façon dont elle traite Shay, son petit ami, il ne faut pas s'étonner qu'il se tourne vers une autre. Surtout que lui, il est adorable. Alors, on comprend qu'elle soit mal dans sa peau et qu'elle voit d'un mauvais œil l'arrivée de Cherry et de son père, car pour elle, ce sont des parasites et ils ne feront jamais partie de leur famille, mais même si on a de la peine pour elle, sa méchanceté nous empêche de ressentir la moindre compassion. Et puis on a envie de lui crier d'ouvrir les yeux et d'arrêter de se bercer d'illusions, que son père est un égoïste qui ne pense qu'à l'argent, et qu'il ne mérite pas autant d'amour et de loyauté.

 Cherry m'a un peu agacée elle aussi, de par ses mensonges incessants. Elle est tellement persuadée de ne pas être digne d'intérêt qu'elle s'invente sans arrêt une vie imaginaire. C'est déjà cela qui l'avait isolée dans son ancienne ville, et voilà qu'elle recommence avec ses nouvelles "sœurs", qui pourtant l'acceptent d'emblée telle qu'elle est, sans rien lui demander. Elle aussi, on a envie de la secouer et de lui dire d'arrêter tous ces mensonges car elle n'en a pas besoin pour qu'on l'apprécie. Il n'y a qu'à voir Shay, qui craque pour elle depuis le premier jour...

A part ces deux petits sujets d'irritation, j'ai trouvé que c'était une lecture agréable. Le style est simple et fluide, il y a beaucoup d'humour, les gens sont (dans l'ensemble) gentils et la bonne humeur règne la plupart du temps. Il est beaucoup question de recettes de cuisine et de gourmandises qui mettent l'eau à la bouche - et de chocolat aussi, bien sûr -, et tout cela donne un sentiment de douceur, de chaleur et de confort vraiment sympa. On a envie d'aller les voir et de passer un week-end dans leur Bed & Breakfast, et quand un livre vous fait ça, c'est toujours bon signe...

Conclusion : Un petit roman jeunesse bien sympathique, avec une ambiance douillette, mais également pleine de vie, d'optimisme et de projets. A suivre... 

Ma note : 15/20



Cœur guimauve

Pour ce deuxième tome, je trouve que le résumé est très mal fait, car d'une part, il révèle un élément que l'on n'apprend que très tard dans le livre, en réalité, et c'est vraiment dommage, et d'autre part, il passe sous silence toute la vraie intrigue de ce tome.

Il est vrai que Skye rêverait d'être aussi admirée et populaire que sa sœur jumelle, et qu'elle ressent une réelle tristesse mêlée de colère quand sa meilleure amie (une nunuche qui ne mérite pas son amitié, si vous voulez mon avis), s'éloigne d'elle pour se rapprocher de sa sœur.

Mais il ne faudrait pas croire que Skye n'est qu'une pâle copie de Summer rêvant de sortir de son ombre. Elle a une vraie personnalité qui, selon moi, est bien plus riche et intéressante que celle de sa sœur. Skye est passionnée des choses du passé : les vieux vêtements, les objets anciens... Elle ne s'habille qu'avec des robes trouvées dans les friperies, et rien que cela démontre chez elle une force de caractère certaine, car elle assume parfaitement ses choix vestimentaires, alors même que sa sœur les désapprouve. 

Son intérêt pour les vieux objets la pousse à se passionner pour le contenu d'une malle trouvée au grenier et qui aurait appartenu à une jeune fille vivant là au début du siècle et qui, selon la légende, se serait noyée volontairement par amour.

Cette histoire la fascine autant qu'elle effraye Summer, et malgré la pression que lui inflige cette dernière pour qu'elle laisse tomber tout cela, elle se met en tête de découvrir ce qui est exactement arrivé à cette jeune femme. Commence alors pour elle une période assez bizarre, où se mêlent rêveries étrangement réalistes autour du passé, obsession pour cette histoire et mal-être dans sa vie actuelle, car elle a l'impression de s'éloigner de plus en plus de sa sœur, ce qui est difficile à vivre pour des sœurs jumelles qui, jusque-là, étaient d'accord sur tout. Et plus elle se sent malheureuse, plus elle se réfugie dans son imagination et ses spéculations sur le passé.

Trouvera-t-elle les réponses qu'elle cherche ? Réussira-t-elle à s'entendre à nouveau avec sa sœur ? Parviendra-t-elle à se sentir bien dans sa peau tout en affirmant ses propres désirs et ses propres choix ? Telles sont les questions que soulèvent ce tome.

Toujours aussi agréable à lire que le premier, je l'ai trouvé beaucoup plus intéressant par les questions qu'il soulève et par la personnalité de Skye. Je ne l'ai pas encore mentionné, mais bien sûr, tout cette histoire au tour de Skye a toujours pour toile de fond la vie animée et joyeuse de Tanglewood House et de sa fabrique artisanale de chocolats.

Conclusion : Un deuxième tome qui confirme la bonne impression que j'avais eue à la lecture du premier et qui le surpasse même par l'intérêt de son intrigue.
Ma note : 16/20





Ces lectures rentrent dans le cadre des challenges :


















C'est lundi, que lisez-vous? #77




Bonjour à tous !




Je vous retrouve pour le C'est lundi, que lisez-vous?, rendez-vous initié par Malou et repris par Galleane, où je vous parle de mes lectures de la semaine passée, de mes lectures en cours et de mes lectures à venir.








Un mélange réussi de roman historique et fantastique. L'élément fantastique est introduit très doucement, et l'héroïne ne se rend d'ailleurs compte qu'il se passe des choses bizarres que très tard, par rapport au lecteur. Non par bêtise ou naïveté, mais juste parce qu'elle ne conçoit même pas qu'il puisse exister un autre "monde" que celui, cartésien, dans lequel elle vit. Et j'ai vraiment aimé ce lent processus de compréhension.








Par contre, là, j'en suis à 150 pages de la fin, et Rose, qui a enfin compris pleinement à quoi elle a affaire, est dans une phase de rejet, de colère, de peur et de désespoir, et j'aime moins cette partie.









OU 







Selon comment se terminera le tome 1 de Rose Morte, soit je me jetterai directement sur le tome 2, soit je lirai le livre prévu au départ.





Voilà, voilà ! 😊







Bonne semaine et bonnes lectures à tous !







mercredi 11 octobre 2017

Rien que pour la couverture #66




Bonjour !



Me revoilà pour Rien que pour la couverture, un rendez-vous que j'ai trouvé sur le blog Ephémère, et qui m'a tout de suite conquise.

Il s'agit de présenter des couvertures de livres - récents ou anciens - qui nous plaisent, que l'on trouve intéressantes, sympa, marrantes, jolies ou carrément somptueuses!


J'ai choisi d'en présenter 5 chaque semaine, et je précise bien que ce ne sont pas forcément des livres que j'ai envie de lire ! 

D'ailleurs, il peut très bien y avoir des couvertures de livres écrits dans une autre langue.


Dans ce rendez-vous, ce sont vraiment les couvertures uniquement que je mets en avant.



























Voilà ! J'espère que cette sélection  vous plaira ! 😉


A bientôt





lundi 9 octobre 2017

C'est lundi, que lisez-vous? #76




Bonjour à tous !




Je vous retrouve pour le C'est lundi, que lisez-vous?, rendez-vous initié par Malou et repris par Galleane, où je vous parle de mes lectures de la semaine passée, de mes lectures en cours et de mes lectures à venir.











J'ai fini la 3e histoire : La Princesse au petit pois.
C'était vraiment pas mal, finalement, et une fois que je m'y suis bien plongée dedans, j'ai passé un très bon moment.
Mais j'ai décidé de mettre à nouveau ce livre en attente, pour lire autre chose avant d'attaquer la 4e histoire.










Je vais donc commencer ceci, en espérant que ce soit aussi bien que ce que j'imagine...










C'est le premier livre de ma liste pour le challenge "Le temps à l'envers", c'est-à-dire le livre sorti en 2017. Comme je n'achète jamais de grand format (ou très rarement), j'ai eu un mal fou à trouver dans ma PAL un livre sorti pour la première fois en France en 2017. J'ai donc été obligée de prendre un livre des éditions Harlequin, car ce sont les seuls qui répondaient à cette exigence. 





Voilà, voilà ! 😊







Bonne semaine et bonnes lectures à tous !






samedi 7 octobre 2017

Joyland

Auteur : Stephen KING
Editeur : Le Livre de Poche
Parution : 10 février 2015
Nombre de pages : 400








Après une rupture sentimentale, Devin Jones, 21 ans, débarque l’été 1973 à Joyland, petit parc d’attraction sur le littoral de la Caroline du Nord. Il est embauché avec d’autres étudiants pour compléter l’équipe de forains, à la fois étrange et joyeuse. Sa rencontre avec un petit garçon doué de voyance, atteint d’une maladie grave, et surtout de sa mère, va changer la vie de Devin. Obsédé par le mystère du train fantôme soi-disant hanté par le spectre d’une femme égorgée 4 ans auparavant, le jeune homme se lance dans l’enquête. Un nouveau meurtre est-il possible ? Parviendra-t-il à l’éviter ? Une chose est sûre, l’aventure le changera à jamais...















Ce que j'en ai pensé


Stephen King est le Maître de l'horreur et du fantastique, c'est un fait, et je l'adore pour ça. Mais je l'aime surtout pour son formidable talent de conteur, son style unique, et il peut me raconter n'importe quelle histoire, j'adhère à fond. Et ce fut précisément le cas ici, avec cette histoire où les frissons et le fantastique sont finalement assez peu présents, mais que j'ai pourtant beaucoup appréciée.

Dans ce roman, Devin Jones, un homme maintenant âgé, nous raconte une année de sa vie, quand il était étudiant, l'année qui l'a le plus marqué, car elle a été à la fois la plus bizarre, la plus merveilleuse et la plus triste de toute son existence.

Ce que j'ai aimé dans ce roman, c'est ce que j'aime dans tous ses autres romans : sa lenteur. Dans le sens où l'auteur prend vraiment son temps pour nous exposer les faits, présenter les personnages, planter le décor et amener doucement l'ambiance. Au sujet de l'ambiance, d'ailleurs, elle est beaucoup moins angoissante que dans d'autres romans. J'avais un peu peur de ça, parce que je ne suis pas hyper fan des trucs qui se passent dans les fêtes foraines ou les cirques. Ça me met souvent mal à l'aise. Mais là, pour le coup, je m'inquiétais pour rien car je n'ai pas ressenti cette inquiétude sourde, cette impression de bizarrerie malsaine que je ressens d'habitude face à ce thème.

Bien sûr, on sait qu'il va se passer quelque chose, que ça va forcément tourner au vinaigre à un moment ou l'autre, mais dans ce roman, le côté fantastique est presque accessoire. L'impression que j'ai eue, c'était que l'essentiel du sujet n'était pas là. C'est le côté humain, le côté "expérience de vie", et l'enquête que mène Devin pour résoudre le meurtre du train fantôme qui priment, dans cette histoire. 

En disant ça, je ne veux pas qu'on pense que c'est lent et ennuyeux, parce que ça ne l'est pas du tout. Il se passe plein de choses, et si on arrive à se laisser embarquer dans le récit de Devin Jones, on passe un très bon moment de lecture.

Les personnages sont tous très bien campés, comme toujours chez Stephen King. En quelques phrases, on arrive à se les représenter très clairement. Les deux amis étudiants de Devin sont fort sympathiques et à eux trois, ils forment une petite équipe soudée et attachante ; les forains sont accueillants et plutôt chaleureux - à une exception près - avec les jeunes qui travaillent avec eux, et tout cela constitue un petit univers presque familial. Impression de cocon encore renforcée par l'aspect convivial et douillet de la pension où les étudiants sont logés, avec sa propriétaire si hospitalière qu'elle en est presque maternelle.

Mais surtout, c'est la rencontre avec le petit garçon malade et sa mère qui prennent la plus grande part émotionnelle de ce roman. C'est une magnifique rencontre entre trois être exceptionnels et abîmés par la vie, une de ces rencontres qui vous marquent à jamais et qui vous laissent un sentiment aussi douloureux que merveilleux. La façon dont ils se sont "apprivoisés" et ont appris à s'apprécier petit à petit était formidable, et c'est l'aspect du livre que j'ai préféré.

Le suspense monte très très doucement, jusqu'à la scène finale, à laquelle je ne m'attendais pas vraiment, et où j'ai été vraiment surprise par l'identité du "méchant", découvrant par la même occasion que Stephen King serait aussi doué en auteur de roman policiers, s'il voulait se lancer dans le genre (j'ai bien dit "policier" et pas "thriller", car ça, c'est déjà fait), qu'en auteur de fantastique.


Conclusion : Un très beau roman, mêlant récit nostalgique, frissons (légers), humour noir et apprentissage de la vie. Un roman que je conseillerais à tous les fans de l'auteur, bien sûr, car c'est une très belle histoire, mais aussi à ceux qui voudraient découvrir sa plume, en commençant par quelque chose de soft. 


Ma note : 17/20





Cette lecture rentre dans le cadre des challenges :