dimanche 20 mars 2016

Seule survivante

Auteur : Dean KOONTZ
Editeur : Pocket
Collection : Terreur
Parution : 2001
Nbre de pages : 407


Il y a un an, Joe Carpenter, ancien reporter criminel au Los Angeles Post, a perdu sa femme et ses deux filles dans le crash du 747 New York-Los Angeles. Au cimetière, Joe découvre une certaine Rose Tucker en train de photographier la tombe de sa famille. Mais, poursuivie par des tueurs, celle-ci s'enfuit. Rose s'avère être l'unique survivante du crash. Comment a-t-elle survécu ? Pourquoi la pourchasse-t-on ? Comprenant qu'il existe un lien entre cette femme et l'accident, Joe décide de trouver ceux qui, comme lui, ont perdu un membre de leur famille et avec lesquels Rose est entrée en contact. Il va rencontrer Barbara Christman, chargée d'enquête sur le 747 : l'étude de la boîte noire révèle que le pilote aurait volontairement causé le crash.





Ce que j'en ai pensé


Il arrive que l'on ait des pépites, dans sa bibliothèque, et qu'on n'en sache rien. Prenez ce livre, par exemple. Avec sa couverture très peu attirante, son synopsis assez banal et un auteur que j'aime bien mais sans plus, je ne me souvenais même plus comment il avait atterri sur mes étagères.
Du coup, cela faisait plus de 10 ans qu'il était là, attendant que je daigne m'intéresser à lui.
Mais ayant depuis peu décidé de choisir mes lectures par tirage au sort, il est enfin arrivé entre mes mains...

Et là, je me suis dit que j'avais été bien bête d'attendre aussi longtemps pour le lire, car Dean Koontz est un véritable conteur, dans la veine de Stephen King (non, non, je n'exagère pas)! Et moi, j'aime qu'on me raconte des histoires, que l'on me fasse rêver, frissonner, rire, pleurer, vibrer... Et avec ce roman, j'ai éprouvé tout cela (sauf le rire, je l'avoue, car l'ambiance ne s'y prêtait pas trop).

Dès les premières lignes, l'auteur arrive à nous faire ressentir une véritable empathie pour Joe, cet homme brisé par la mort de sa femme et de ses deux petites filles, et qui n'aspire qu'à une chose : mourir à son tour, mais sans avoir le courage de mettre fin lui-même à ses jours. Donc il subit les semaines et les mois qui passent, espérant que la mort viendra d'elle-même (cela pourrait faire sourire si ce n'était pas aussi triste), et essayant de se convaincre, pour souffrir un peu moins, que l'univers est vide, que rien n'a de sens, et qu'il ne faut pas essayer d'en chercher un.
Il y a une réelle beauté qui se dégage de ces pages, malgré leur pessimisme apparent.

Mais ces considérations existentielles ne durent pas longtemps, et l'on est vite entraîné dans l'action, car Joe se retrouve brutalement embarqué dans cette quête de la vérité au sujet du crash de l'avion, sans que rien ne l'ai préparé. C'est que Joe est un type tout à fait normal, et jusqu'à ce jour où il trouve Rose, cette femme qui semble vibrer d'une aura de paix et de sérénité formidable, sur la tombe de sa famille, il ne lui était jamais venu à l'idée de remettre en cause la version officielle.

Et voilà que tout à coup, un espoir fou renaît en lui, car si cette femme a survécu au crash, pourquoi pas d'autres passagers?

Nous sommes ici en présence d'un véritable "page turner"! 

Nous suivons l'enquête de Joe, qui cherche à la fois à découvrir la vérité et à échapper à ces hommes qui ont des moyens énormes à leur disposition et semblent prêts à tout pour empêcher que cette vérité éclate.

Les choses qu'il découvre et les horribles événements, apparemment inexplicables, qui se produisent nous plongent en même temps que lui dans un maëlstrom de questions, d'interrogations toutes plus effrayantes et mystérieuses les unes que les autres...

Joe obtiendra des réponses, qui changeront à jamais sa vision du monde et de l'univers. Et comme lui, nous restons abasourdis, effarés, horrifiés et éblouis à la fois, tant les implications de ces révélations sont énormes.

Je voudrais saluer le talent de l'auteur, qui nous fait passer d'une seconde à l'autre et avec une facilité surprenante à des moments emplis de poésie, de nostalgie, de réflexions profondes, dans les passages où l'action est au repos, à un rythme trépidant, endiablé, haletant même, quand les événements se précipitent.

Conclusion : Un livre que j'ai dévoré et qui a une qualité rare : nous faire réfléchir tout en nous embarquant dans une histoire palpitante et émouvante à la fois.

Ma note : 17/20

4 commentaires:

  1. EH beh ton avis avis donne furieusement envie de tenter l'expérience avec cet auteur :)
    Pour ma part j'en ai un dans mes étagères, je pense que je vais me laisser tenter plus vite que prévu ^^

    RépondreSupprimer
  2. Eh bien je suis ravie si je t'ai donnée envie de découvrir cet auteur. C'est quel livre, que tu as?

    RépondreSupprimer
  3. Une porte sur l'hiver :) Tu connais ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je l'ai lu il y a quelques années. Ce n'est pas son meilleur, à mon avis. Pour moi, le meilleur que j'ai lu, de lui, c'est "L'Etrange Odd Thomas". Celui-là, si j'avais dû le noter, je lui aurais mis 19/20!

      Supprimer

N'hésitez pas à laisser un petit mot, ça fait toujours plaisir ! :-)