lundi 22 avril 2019

C'est lundi, que lisez-vous? #149




Je vous retrouve aujourd'hui pour le C'est lundi, que lisez-vous?, rendez-vous initié par Malou et repris par I believe in Pixie Dust, où je vous parle de mes lectures de la semaine passée, de mes lectures en cours et de mes lectures à venir.

Avec ce lundi férié, je me suis crue dimanche toute la journée, et j'en ai complètement oublié mon C'est lundi. Mais je viens de m'en souvenir et il n'est pas trop tard. 😊










Comme vous pourrez le lire dans ma chronique, cette lecture a été une agréable surprise, que je ne m'attendais pas à aimer autant. Et j'en suis ravie !








Je viens de finir également ce livre, qui est le tome 4 de la série Home to Heather Creek, que j'avais commencé depuis le 18 février. Si j'ai mis autant de temps à le lire, ce n'est pas à cause d'un problème avec le niveau de langue, mais parce que j'avais un mal fou à l'ouvrir. Je n'en avais tout simplement pas envie. Et quand je me décidais enfin, je m'ennuyais. Cela m'embêtais beaucoup car je n'avais pas envie d'abandonner cette série, et c'est pourquoi je me suis accrochée. C'est une série à laquelle je suis attachée et dont j'adore l'ambiance et les personnages, et j'ai passé un excellent moment avec les 3 premiers tomes. Mais justement, peut-être que j'ai lu ces 3 tomes de façon trop rapprochée et que j'ai saturé. Il faut dire aussi que le rythme de l'histoire est très lent (chaque tome se déroule sur un mois) et qu'il ne se passe pas des trucs de dingue, donc peut-être que le fait de lire un chapitre par jour a encore ralenti le rythme au point que ça en est devenu ennuyeux. Toujours est-il que le tome 5 se passant en décembre, j'attendrai d'être à cette période pour le lire. Comme ça, en laissant passer autant de temps entre les deux, j'apprécierai peut-être plus sa lecture...











Après une cinquantaine de pages, je peux dire que j'aime beaucoup ce court roman ! L'héroïne, une Américaine qui était venue passer deux semaines de vacances en Provence dans le cadre d'un échange d'appartements, se trouve confrontée le même jour à la découverte d'un corps et à une sorte de black out bizarre qui a mis hors d'état de fonctionner tous les appareils électriques et électroniques. Tout cela ajouté au choc culturel ressenti par la jeune femme à son arrivée dans ce petit village provençal, cela fait beaucoup pour elle. Et je passe vraiment un excellent moment à lire la narration - écrite à la première personne - de ses mésaventures. 






Après ma lecture terminée ce matin, j'ai décidé de redonner sa chance à ce livre que j'avais mis en pause depuis presque 6 mois, car dès le début, j'avais eu du mal à le lire, et plutôt que de me provoquer une panne de lecture, j'avais préféré le mettre de côté le temps de progresser encore un peu.

On va voir si ça a été le cas...







Et après Eve Dallas, je vais maintenant commencer ce roman qui me paraît bien sympathique...












Ce sera mon premier Jenny Colgan, un auteur que j'ai très très envie de découvrir...






Voilà, voilà ! C'est tout pour aujourd'hui ! 









Bonne semaine et bonnes lectures à tous !






Lieutenant Eve Dallas, tome 01 : Au commencement du crime

Auteur : Nora ROBERTS
Editeur : J'ai lu
Parution : 2006
Nombre de pages : 317





New York, hiver 2058, Le lieutenant de police Eve Dallas consacre sa vie à traquer les criminels. Dans son métier, pas de place pour les sentiments. Ni pour les états d'âme. Alors, les cauchemars qui hantent ses nuits, elle les oublie. Comme son passé. Mais le jour où l'on découvre Sharon DeBlass assassinée à son domicile, sa belle assurance bascule, Son enquête strictement confidentielle la conduit chez Connors, milliardaire au passé trouble, séduisant et énigmatique, que tous les indices placent au premier rang des suspects. Lorsque deux autres prostituées sont assassinées, Eve se débat entre suspicion et passion. Le meurtrier la nargue. Connors veut l'aider. L'un resserre lentement son étau autour d'elle... tandis que l'autre l'enivre de ses étreintes...




















Ce que j'en ai pensé





Je viens juste de finir ce roman, et je l'ai vraiment apprécié. En fait, cela a été une agréable surprise. Je n'avais jamais lu de Nora Roberts avant, et même si je m'attendais à ce que ce soit bien écrit, je m'attendais à plus de romance, plus de "mièvrerie". En fait, je m'attendais à ce que ce soit la romance la principale intrigue et que l'enquête policière ne soit là qu'en toile de fond, pour "faire genre". 

Et bien c'est exactement le contraire que j'ai trouvé. C'est un vrai roman policier, avec une vraie enquête et un personnage principal qui tient vraiment la route, et la romance n'est qu'un élément de l'histoire qui a son importance mais ne prend pas toute la place. Autre point positif, les quelques scènes intimes entre Eve et son nouveau petit-ami ne tournent pas en ébats érotiques, et j'ai apprécié cela.

Eve est un personnage sympathique, qui s'efforce de faire son métier le mieux possible dans un monde futuriste assez dur, dans lequel la loi ne rigole pas avec les mœurs et la morale. Elle a un sacré caractère mais sans en faire trop, et ses failles et faiblesses la rendent plus humaine.

Côté enquête, on n'est pas dans de la grande originalité, mais c'est rythmé, il y a de l'action et du suspense et c'est bien ficelé. Tellement bien, d'ailleurs que, à ma plus grande surprise, je me suis retrouvée en train de tourner les pages à une vitesse folle, et c'est une sensation délicieuse !


Après ce premier tome satisfaisant au plus haut point, je me ferai un plaisir de lire le second !





Ma note : 16/20





Cette lecture rentre dans le cadre des challenges :





















jeudi 18 avril 2019

Hôtel Pastis

Auteur : Peter MAYLE
Editeur : Nil éditions
Parution : 1996
Nombre de pages : 376









Volontairement, je ne mets pas le résumé du livre car il y a une chose que je trouve inadmissible (mais cela n'est pas de la faute de l'auteur), c'est qu'il spoile entièrement le roman, jusqu'à la fin. Donc un conseil, ne le lisez pas si vous voulez garder intact le charme de la découverte.





Ce que j'en ai pensé




Ce roman a été une très bonne surprise ! En effet, je ne m'attendais pas à une telle qualité d'écriture, un humour aussi fin, une ambiance aussi agréable et des personnages aussi attachants (une mention spéciale à Ernest, mon préféré !). De plus, l'histoire est tout à fait charmante. On sent que l'auteur aime vraiment la Provence car il la dépeint de façon admirable : on a l'impression d'y être ! Ses couleurs, ses odeurs, sa lumière, sa chaleur, ses habitants, ses villages... tout y est et le rendu est parfait. 

En bref, tout dans ce roman m'a séduite, à part une chose : il y a une deuxième intrigue en parallèle de l'histoire de Simon, Nicole et Ernest qui, sans être mauvaise ni ennuyeuse,  n'était pas du tout indispensable, à mon avis, et m'a beaucoup moins plu que l'histoire principale. Pendant tout le roman, je me suis demandée où l'auteur voulait en venir et comment il allait faire se rejoindre les deux intrigues, et quand, à la fin, elles se rejoignent effectivement, je n'ai pas du tout été convaincue et cela m'a confortée dans mon idée qu'on aurait pu se passer de cette partie-là du roman sans que l'histoire en pâtisse. 


Mais bon, ce n'est qu'un détail, et cela ne m'a pas empêchée de passer un très bon moment avec ce roman, qui m'a fait sourire et m'a apporté une sensation de bien-être, ce dont j'ai grandement besoin en ce moment. Un livre feel-good avant l'heure, en quelque sorte (puisqu'il date de 1996)... Une chose est sûre : je vais me pencher sérieusement sur les autres ouvrages de l'auteur.



Ma note : 17/20





Cette lecture rentre dans le cadre des challenges :

















Des poignards dans les sourires


Auteur : Cécile CABANAC
Editeur : Fleuve Noir
Parution : 7 février 2019
Nombre de pages : 471






Avec ce huis clos provincial où les faux-semblants ont de beaux jours devant eux, Cécile Cabanac signe un premier polar chabrolien hautement maîtrisé.
Catherine Renon n'a plus vu son mari François depuis des jours et ne semble pas s'en émouvoir. Dans ce coin d'Auvergne où les rumeurs blessent et tuent, pas question de prêter le flanc à la calomnie. Et surtout pas à sa belle-mère, veuve solitaire qui voue à son fils un culte tout en démesure. 
Virginie Sevran et Pierre Biolet, du SRPJ de Clermont-Ferrand, ont été appelés pour constater la présence d'un corps démembré et en partie brûlé au Col des Goules. 
C'est la première enquête de Virginie depuis qu'elle a quitté le 36, quai des Orfèvres pour la province, à la stupéfaction de ses proches. Quant à Pierre, il observe sa nouvelle coéquipière d'un oeil à la fois bienveillant et inquiet. Qu'est-elle venue chercher ? 
Quand l'enquête met un nom sur ce corps, celui de François Renon, les questions les plus folles surgissent, avec une seule certitude : tous les meurtriers possibles de ce fils de bonne famille sont autant de facettes d'une victime annoncée.






Ce que j'en ai pensé




Malgré une ambiance très sombre et oppressante, voire malsaine, j'ai vraiment apprécié ce roman. 

La plume de l'auteur était fluide et agréable, et l'intrigue totalement captivante. Cécile Cabanac a un réel talent pour distiller des ambiances lourdes et déprimantes, et nous immerger complètement dedans grâce à des descriptions de paysages gris et froids, réalisées de main de maître, et des portraits finement ciselés de personnages torturés, froids et déplaisants à souhait ou au contraire emportés et brutaux. C'est bien simple, les seuls protagonistes un tant soit peu sympathiques de cette histoire sont les policiers. 

Les réactions de certains étaient même difficiles à comprendre tant elles me paraissaient bizarres, illogiques et allant à l'encontre de leurs propres intérêts. En effet, vu que l'on connaît toutes les pensées des personnages importants, on sait beaucoup de choses et souvent, je ne comprenais pas pourquoi ils cachaient tel ou tel fait à la police, alors que le leur dévoiler aurait pu éloigner les soupçons qui pesaient sur eux. Mais tout cela était tout à fait délibéré de la part de l'auteur, bien sûr, et complètement maîtrisé. 

D'ailleurs, le fait de connaître les réflexions intimes et les sentiments de chacun ne m'a pas aidée à découvrir l'identité du coupable, ce qui montre à quel point l'intrigue était bien ficelée. J'avais juste envie de tourner les pages pour connaître le fin mot de l'histoire, tant l'écriture était efficace (sans pour autant qu'il y ait un suspense insoutenable ou des scènes horribles). 

Ici, on est clairement plus dans un polar noir que dans un thriller et c'est également ça que j'ai apprécié, moi qui ne suis pas vraiment friande de thrillers sanglants. 

Je ne connaissais pas cet auteur mais je surveillerai désormais ses publications car j'ai passé un excellent moment avec ce roman.



Ma note : 17/20





Cette lecture rentre dans le cadre des challenges :






















lundi 15 avril 2019

C'est lundi, que lisez-vous? #148




Bonjour à tous !



Je vous retrouve aujourd'hui pour le C'est lundi, que lisez-vous?, rendez-vous initié par Malou et repris par I believe in Pixie Dust, où je vous parle de mes lectures de la semaine passée, de mes lectures en cours et de mes lectures à venir.

Désolée de ne pas avoir été au rendez-vous lundi dernier, mais ça a été une journée de dingue et j'ai complètement zappé. 😥

Mais aujourd'hui, je suis là, donc...













Comme je vous le dis ici, j'ai pris autant de plaisir à la lecture de ce second tome que j'en avais pris pour le premier. 







J'ai décidé hier soir d'abandonner ce court roman, car malgré tous mes efforts, je n'arrivais pas à rentrer dans cette histoire de planificatrice de mariages. Cela ne m'intéressait pas et m'ennuyait profondément. Donc plutôt que de m'enliser dans une panne de lecture, j'ai préféré couper court.












Je suis très agréablement surprise par ce roman, qui est bien meilleur que ce que j'imaginais. C'est très bien écris, je suis fan de l'humour, très fin (on voit que c'est écris par un anglais), et j'adore les personnages. L'ambiance également me plaît beaucoup ! C'est exactement le genre de lecture dont j'ai besoin en ce moment.







Là c'est une ambiance radicalement opposée, c'est le moins que l'on puisse dire ! C'est froid, c'est malsain, c'est oppressant, les personnages "civils" sont tous plus antipathiques les uns que les autres et il n'y a que les policiers qui apportent un peu d'humanité dans tout ça, ce qui pourrait sembler plutôt paradoxal. Mais malgré cette atmosphère tendue, cette lecture est un régal ! Les pages se tournent toutes seules. Peut-être parce qu'on est plus dans un polar que dans un thriller et que du coup je ne me sens pas stressée... En tout cas, c'est très bien écrit et je pense que je ne tarderai pas à le finir.







Comme j'ai abandonné une lecture en anglais, j'en ai commencé une autre. Je n'en ai lu que deux pages pour l'instant, mais je pense déjà qu'elle passera beaucoup mieux que la précédente. Le fait que ce soit un cozy mystery y est peut-être pour quelque chose...













Mon premier Nora Roberts. J'espère que ça me plaira car j'ai très envie que ça me plaise... 😃







Voilà, voilà ! C'est tout pour aujourd'hui ! 









Bonne semaine et bonnes lectures à tous !